http://sacredmysticaljourneys.com/medicine-cabgolin-0-5 flomax costs in united states cost of atorvastatin depo medrol 80mg fluconazole generic modalert 100 http://lifescapecolorado.com/tadarise-20-sunrise tenofovir cost in india information lioresal 10 mg tab http://larrysmithlawoffice.com/caberlin-for-sale information about sorafenib teva simvastatin 20 mg tablet careprost with paypal http://perfectpourmaui.com/sertraline-hydrochoride veenat 100mg piracetam pills in india discount finpecia http://timestories.com/piracetam-cost lasix 140 mg glipizide generic piracetam oral buy azithromycin without leflunomide tab 10mg actos 45 zofran cost cvs cost pepcid anastrozole 1mg tablets price in new york mobic in france lioresal en mexico buy amiodarone 200 mg drug pantoprazole sod abilify cost price information about drug zetia dapoxetine online uk information mirtazapine tab 15mg fluconazole best price dilantin price buy nizoral shampoo cvs armodafinil cost http://lifescapecolorado.com/omnacortil-tab imatinib south africa mirtaz for http://blog.notchvideo.com/synthroid-canada info about bupropion hcl xl 150 mg valsartan 320 mg price in france buy pelosta-5 voltaren chinese levaquin 500 mg http://skinelegance.com/fertyl-100mg-price medicamento andriol progesterone cream for menorrhagia medicine glipizide in new york http://greatrealestatemarket.com/buy-generic-bactrim

aralen http://www.form5500prep.com/cost-of-erlotinib http://fhginterests.com/pantoprazole-40-mgs about rhinathiol promethazine sales piracetam uk more info about bupropion without prescription buspar prozac insomnia in usa zocor 30 mg information about soranib cipla http://edcharkow.com/blog/alendronate-sodium-35-mg imatinib capsules 100mg bactrim russia betamethasone diproprionate megalis online veenat malaysia no prescription zovirax cream flomax 8mg https://maddefense.com/generic-discount-bactrim zocor 325 mg tablets buy cheapest rifagut http://huntersnation.com/buy-bimatoprost-australia suprax coupon lupin order careprost aurogra 100mg more info about spironolactone 50 mg more info celebrex purchase buy generic forzest more buy generic lasuna online http://wisdomofthetoga.com/plavix-75mg 80 mg of fluoxetine silagra online kaufen more info calaptin sr 120 mg buy fluconazole 50mg silagra lowest price https://silverstatedrivingacademy.com/blog/dapoxetine-ecuador aldactone australia letrozole prescription phoenix exemestane for sale more comprar finpecia mastercard purchase soranib arimidex purchase cost buy silagra online in india levetiracetam tablets in uk suhagra 100mg hindi generic form of lamisil levetiracetam actavis no presciption amoxicillin http://graystitchstudio.com/bactrim-medicine isotretinoin pill cymbalta 60 prescription

 Année Cinéma 2016: Les Chiffres

 

 

 

 

L'asbl 7 Art là nous livre  l'histoire du cinéma à Bruxelles   http://www.7artla.org.

L'asbl 7 Art là s'est donné comme objectif la défense et la promotion du patrimoine architectural des salles de cinéma.

 Le Muet (1896-1927)

Au début du 20ème. Siècle, le cinéma débutera sa carrière populaire, comme attraction dans les foires, les théâtres et les cabarets.  Peu à peu, les projections prennent une place de plus en plus grande pour en devenir l'unique attraction.  Les théâtres et cabarets se transforment en salle de cinéma.  Les années passant, on assiste à un phénomène de multiplication exponentielle des salles en plein cœur de Bruxelles.  Le confort est rudimentaire ! On s’assoie sur des bancs ou de simples chaises. Certains boivent un verre à table en découvrant le film muet projeté sur un simple drap.  Les premiers films sont très inflammables et les propriétaires de cinématographe doivent isoler l’appareil de projection du reste de la salle.  C’est ainsi que naissent les premiers théâtres du cinématographe avec les mythiques fosses d’orchestres, les balcons et les loges. Le Lutetia Palace, le Marivaux, ou encore l’Agora Palace en sont les premiers grands temples de Bruxelles.

Le Parlant (1928-1939)

A Bruxelles comme ailleurs, l'arrivée du cinéma parlant (au travers du Chanteur de Jazz - 1927) sonne le glas de nombreuses décorations anciennes liées au théâtre. Le film devient sonore, l'acoustique devient donc primordiale.  Les salles se débarrassent donc des apparats de décoration superflus qui cassent la propagation du son.  Le néon fait, aussi,  son apparition dans les années ‘30 et avec lui les enseignes lumineuses qui attirent le regard des spectateurs.

Le Métropole, « palais du cinéma » sort de terre en octobre 1932, avec sa salle de plus de 3.000 places. Il est le plus grand cinéma de la capitale.  L’exploitant commence à se soucier tant de la qualité technique que du confort du spectateur.

L’année suivante, le 6 juillet 1933, l’Eldorado ouvre ses portes place De Brouckère. Aménagé à l’emplacement de l’ancien Cinéma des Princes, lui-même ex-Cinéma Américain. Une salle art-déco qui présente un décor africain.  Elle reste, à ce jour, l’une des plus belles salles d’Europe.

Quelques années plus tard, un autre temple fait son apparition : les Variétés, rue de Malines.

L'uniformisation des salles est en marche! Cette époque d'internationalisme architectural engendre les plus belles salles de la capitale :  l'Orient-Palace se met à la mode et est baptisé American, le Théâtre-Pathé se convertit en Cinéac  et le Modern Palace, conscient de son âge, se rabat sur l'appellation de Léopold III.

L'Age d'Or (1940-1959)

L'afflux des films de Hollywood qui suivirent les libérateurs US provoque un véritable " boom " dans la fréquentation des salles de cinéma. Certaines salles changent de nom en l’honneur des vainqueurs : Roosevelt, Churchill, Monty…ou pour s’américaniser Star, Dixy, Rixy.

On assiste aussi à une banalisation des salles et à l'apparition des premiers complexes. Le premier du genre, à Bruxelles, est le duplex du Cinéma Avenue (av de la Toison d’Or) qui ouvre ses portes en 1957. L'Avenue offre à la fois un grand confort et une diversité de programmes. Avec ses 2 salles, il est le premier complexe cinématographique au monde.

Mais le déclin commence dès 1957: les bouleversements de notre civilisation, la multiplication des loisirs et des transports, l'apparition de la télévision (1958) entraînent la désaffection d'un public. Le cinéma devenu plus cher perd sa fonction de distraction populaire et est remplacé par la télévision tandis que les week-ends sont passés à la mer. Les exploitants doivent réagir à se spécialisent avec des salles à thème, comme le Victory, rue neuve (western et action)

Les petites salles de quartier ferment leurs modestes entrées. C'est aussi le démantèlement des vastes amphithéâtres. La majorité d'entre eux disparaissent sans bruit et sans gloire, soutenus par quelques fous de cinéma, qui sont leurs rares et derniers supporters.

La Nouvelle Vague et la naissance des complexes (1960-1969)

Dans les années '60, la tendance ultra-fonctionnaliste née au lendemain de la guerre s'accentue encore: les derniers décors désuets sont mis au goût du jour.  Les premières grandes salles entament leur processus de division. Le Colisée (rue du pont neuf) suivra l’exemple de l’Avenue et sera le premier d’une longue série.

Le Multiplexe (1970-...)

Dans les années '70, la télé s'installe, l'auto est présente dans toutes les familles, les loisirs se modifient. Les salles de cinéma se divisent et la fonctionnalité devient reine.  les multisalles réunissent un maximum de spectateurs dans un minimum d'espace. Les complexes continuent leur quête: réunir un maximum de spectateurs dans un minimum d'espace. Ainsi l'Eldorado  et le Métropole sont sacrifiés à cette manie fractionnelle.  En 1974, le premier est jumelé à sa voisine la Scala afin d'accueillir sept salles. Le Métropole, moins chanceux encore, voit son second balcon transformé en deux salles, en 1971.

En fait, le cinéma de demain est peut-être déjà au Kinépolis. En septembre 1988, il ouvre ses portes, à l’extérieur de la ville avec de vastes parking, en proposant 8 salles aux spectateurs.  Une moyenne de 10.000 spectateurs par jour fréquente les lieux. Selon la formule d'un chroniqueur bruxellois, " c'est le septième art de masse dans des conditions audiovisuelles proches de la perfection ". L’Eldorado devient le navire amiral de la flotte UGC, en 1992, en réponse à l'arrivée de Kinépolis

La vidéo ou encore le DVD bouleversons le paysage des salles bruxelloises.  Le Métropole, le Caméo ferment leurs portes pour se transformer en magasin ou en salle de jeux.  C’est aussi à cette époque que les autorités prennent conscience de l’intérêt patrimonial des salles de cinéma. Certaines deviennent des monuments : Grand Eldorado, Plaza, Pathé Palace

Le 21ème. siècle est le siècle d’internet et des réseaux sociaux. Les salles se sont adaptées et se diversifient à nouveaux pour attirer le spectateur avide de nouvelles sensations : la 3D, les projections en duplex (opéra, ballet match de foot…).  Certains projets urbanistiques proposent de nouveaux complexes : le Palace au centre-ville est le prochain sur la liste.

contact@fcbel.org
+32(0)16 89 86 65

New